Le magazine d'information
du rat domestique
  
 


 © Ratzine

 


 
Rats de laboratoire
Nous traiterons ici d'expérimentation animale et de pratiques courantes en laboratoire. Cet article est donc déconseillé aux âmes sensibles.

Avertissement
Le Ratzine et son équipe sont contre l'expérimentation animale et plus largement la cruauté. Cependant, pour les besoins du "savoir", les rédacteurs ayant travaillé sur cet article ont tâché de faire preuve de neutralité.

Les espèces de l'expérimentation animale
Les espèces animales utilisées lors d'expérimentations sont sélectionnées pour leur physiologie proche de celle de l'homme. Cependant, lorsqu'ils ressemblent trop à l'homme, comme le singe, des contraintes éthiques empêchent nombre d'expérimentations. Des réglementations de plus en plus contraignantes existent également pour les espèces domestiques telles que le chat et le chien.

Les animaux utilisés actuellement en laboratoire sont : grenouille, blatte, drosophile, chat, chien, cochon d'inde, lapin, rat, souris, gerbille, combattant, poisson zèbre, lézard...

Y a-t-il beaucoup d'expérimentations animales en France ?

En France, en 2001, on été utilisés à des fins expérimentales,  471’204 rats, mais également ...

  • Souris : 1'370’293
  • Cobayes : 59’184
  • Hamsters: 20’527
  • Autres rongeurs : 3’572
  • Lapins : 53’545
  • Chats : 1’383
  • Chiens : 5’516
  • Furets : 619
  • Chevaux, ânes, croisements : 536
  • Porcs : 7’808
  • Caprins : 842
  • Ovins : 5’936
  • Bovins : 2 ’648
  • Prosimiens : 589
  • Cébidés : 179
  • Cercopithécidés : 3’072
  • Autres mammifères : 48
  • Cailles : 5’027
  • Autres oiseaux : 89 ’905
  • Reptiles : 1’214
  • Amphibiens : 12’218
  • Poissons : 96’399

On notera que ces chiffres sont officiels mais qu'ils ne concernent malheureusement pas tous les animaux utilisés par les laboratoires.

Qui est le rat de laboratoire ?
Les rats utilisés en laboratoire appartiennent à l'espèce rattus norvegicus, tout comme nos rats domestiques, mais ils appartiennent à des souches particulières. Chaque souche a été travaillée en laboratoire pour faire apparaitre des caractéristiques propres.

Le rat Wistar
La principale souche est celle du rat Wistar. Cette souche de rat a été développée en 1906 par l'institut Wistar. Ce sont des rats albinos, non consanguins, qui se caractérisent par plusieurs traits physiques distincts tels que de grandes oreilles, une tête large et la longueur de leur queue qui est inférieure à celle de leur corps. C'est actuellement la souche de rat la plus utilisée dans les laboratoires.

Le rat Sprague Dawley
Le Sprague Dawley est une autre souche de rat albinos. Contrairement aux Wistar, ils sont consanguins. Il est intéressant de voir qu'ils ont été créés par les fermes Sprague Dawley qui deviendront par la suite les fermes "Sprague Dawley Animal Company". Le Sprague Dawley est très calme, facilement manipulable et se caractérise physiquement par une queue plus longue que le Wistar.

Le rat Biobreeding (ou BB)
Cette souche de rat de laboratoire développe spontanément un type de diabète assez semblable au diabète humain. Ce rat BB est donc proche d'une souris de laboratoire qui a les mêmes caractéristiques. Il s'agit de la souris NOD.

Le rat Long-Evans
Les rats Long-Evans sont issus du croisement de la souche Wistar et de rattus norvegicus sauvages (rat brun). Les petits n'étaient plus albinos, comme les autres rats de laboratoire mais hooded noir et plus rarement hooded agouti. Ils sont souvent utilisés dans des recherches sur le comportement ou l'obésité.

Le rat Zuckers
Les rats Zuckers se divisent en deux souches. Une souche de rats maigres et une seconde de rats obèses. Les rats obèses de cette souche font le double du poids des rats "sains", montant jusqu'à 1 kilo de poids moyen. Ils ont un taux élevé de cholestérol et de lipides dans le sang. Ils ne sont pas sujets à l'hyperglycémie mais ils résistent à l'insuline. L'obésité chez les rats Zuckers est due principalement à une hyperphagie naturelle et une faim excessive bien que cela ne justifie pas entièrement leur obésité.

L’institut Wistar
L'institut Wistar est un centre biomédical faisant des recherches sur le cancer principalement et cherchant à développer des vaccins. Il a été créé en 1892 comme le premier institut indépendant de recherche biomédicale à but non lucratif. Depuis 1972, il porte le titre de "cancer center". En 2008, cet institut avait un budget de 48’578’000 $.

C'est de l'institut Wistar que sont sortis les vaccins contre :

  • la rubéole
  • le rotavirus
  • la rage

Ils travaillent avec d'autres centres pour l'élaboration de vaccins contre :

  • le paludisme
  • l'hépatite C
  • un vaccin universel contre toute les formes de grippes

Ils développent également de nouvelles thérapies pour des maladies auto-immunes telles que :

  • le lupus
  • l'arthrite rhumatoïde

Les rats nus
L'absence de poil à été travaillée en laboratoire. Les rats "Rowett nudes" ont été identifiés pour la première fois en 1953 en Ecosse. Ils ont la particularité de ne pas posséder de thymus (organe servant aux défenses immunitaires). Cette absence de thymus est très grave car les "Rowett" sont sensibles aux infections des voies respiratoires et des yeux.

Les "Fuzzy rats" ont été identifiés dans un laboratoire de Pennsylvanie en 1976. Ils souffrent d'une insuffisance rénale à partir de l'âge de un an, qui s'aggrave petit à petit.

Les "Shorn rats" ont été sélectionnés à partir des rats Sprague-Dawley dans le Connecticut en 1998. Mais eux-aussi souffrent de troubles rénaux graves.

Les rats RCS
Ce sont les premiers animaux présentant des dégénérescences rétiniennes héréditaires.

Les rats Shaking Kawasaki
Il leur manque le gène RELN.

L'intérêt du rat dans un laboratoire
Le rat est physiologiquement proche de l'homme, c'est pourquoi il est tant employé.

Exemple de test de comportement effectué avec des rats
Les rats ont une hiérarchie établie et un comportement particulier de groupe face à la nourriture. Une expérience nommée "les rats plongeurs" dévoile deux rôles distincts des rats face à la nourriture. Le premier rôle est celui du "transporteur" : le rat prend et ramène la nourriture. Le second rôle est celui du "voleur" : le rat vole la nourriture ramenée.

Ces rôles ne sont pas visibles dans une cage de rats domestiques "équilibrés". Mais si vous donnez la nourriture à la main et que vous avez un rat peureux, il peut prendre le rôle du voleur plutôt que d'avoir le courage de venir vous voir.

Lorsque l'on crée des conditions plus difficiles pour aller chercher la nourriture ou les friandises (exemple : en hauteur, caché dans de l'eau...), ces deux comportements distincts refont clairement surface.

L'opposition
Parmi les opposants à l'utilisation d'animaux dans les laboratoires on retrouve deux courants de pensée différents. Le premier courant de pensée est pour l'utilisation des animaux dans les laboratoires sous certaines conditions et pour l'abolition de la douleur dans les recherches. Le second courant de pensée est contre toute utilisation d'êtres vivants dans les laboratoires.

De très nombreuses pétitions concernant l’expérimentation animale circulent sur internet et de très nombreuses associations de lutte travaillent dans ce sens-là.

Voir les autres articles concernant les rats de laboratoire :

Koen

 

  Retour